Contact

RETRAITES : Des avancées insuffisantes, une ligne rouge inacceptable !

L’UNSA appelle à la grève mardi prochain, 17 décembre 2019 !


Bagnolet, le 11 décembre 2019

Après des mois de tergiversations, le Premier ministre vient de dévoiler l’architecture globale de la réforme des retraites.
Quelques-unes des mesures annoncées aujourd’hui sont à mettre au crédit de notre action, basées sur des propositions de l’UNSA.

- L’UNSA a défendu l’intérêt de l’ensemble des salariés et prend acte des évolutions proposées :

- La première génération concernée par le régime universel sera celle née en 1975. Pour autant, les générations suivantes ne doivent pas être oubliées. Ces 12 années gagnées par rapport au projet initial, à mettre à l’actif de l’action de l’UNSA, laisseront ainsi le temps nécessaire pour améliorer les carrières, les salaires, la qualité de vie au travail de l’ensemble des salariés.
- Les salariés, nés à partir de 1975, bénéficieront de 100 % de droits acquis dans l’actuel régime . Ce qui est une garantie indispensable en particulier pour celles et ceux qui y ont déjà accompli une part significative de leur carrière.

- De grandes incertitudes persistent qui éloignent la sortie de la crise.

- Sur la Fonction Publique* globalement où les annonces ne sont pas à la hauteur, pour la fonction publique hospitalière, territoriale et pour toutes les catégories qui touchent le moins de primes.
* voir au bas de cette article

- Sur les mesures de compensation, en particulier pour les enseignants, l’UNSA considère que les annonces d’une revalorisation et d’une garantie de maintien de pension vont dans le bon sens. Il faudra cependant, avant la fin de semaine, que le voile soit levé sur un démarrage très rapide de négociations, sur le volume financier consacré et sa programmation.

- la prise en compte de la dangerosité de certains métiers n’est toujours pas complètement clarifiée

- Concernant les régimes spécifiques (RATP, SNCF), le Premier ministre s’il dit avoir entendu la nécessité d’une transition plus longue, renvoie celle-ci à des négociations d’entreprise, sans préciser aucune borne d’âge ni accorder aucune garantie quant au respect du contrat social. Ce flou n’est pas acceptable et ne répond pas aux attentes pourtant claires des salariés.

- Concernant la pénibilité rien de nouveau. Des négociations sérieuses doivent enfin commencer afin de prendre en compte tous les métiers.

Enfin, la mise en place d’un âge pivot à 64 ans en 2027 avec une montée en charge dès 2022 est pour l’UNSA une ligne rouge.

- Nous avions prévenu qu’il ne fallait pas mélanger une réforme systémique avec des mesures d’équilibre financier.

- Nous n’avons pas été entendus sur ce point.

- Une contrainte supplémentaire apparait pour les partenaires sociaux, enjoints d’en définir les détails techniques.

Ce n’est pas acceptable !

Nous poursuivrons nos échanges et notre pression auprès de l’exécutif afin obtenir de nouveaux acquis ou de nouvelles garanties. Notre méthode mêlant négociation et mobilisation va se renforcer. Concernant la mobilisation, nous allons en discuter avec nos partenaires.

- Dès présent, l’UNSA se dirige vers une mobilisation plus globale, y compris par la grève dès mardi prochain.

Laurent ESCURE
Secrétaire Général


NDLR UNSA ITEFA : Et la prise en compte des primes ?
- Pour mémoire, lors du passage, pour avis, du décret n° 2014-513 du 20 mai 2014 concernant le RIFSEEP, devant le Conseil Supérieur de la Fonction publique de l’État, sur 21 voix exprimées :
- CONTRE : 20 voix
- ABSTENTION : 1 voix la CFE/CGC

- Le RIFSEEP (IFSE+CIA) est un dispositif de primes, non soumis à cotisation*, qui représente en moyenne 24 % du revenu annuel des agents.
- *Cette spécificité justifie amplement la prise en compte de la détention de l’échelon des 6 derniers mois, qui est loin de compenser la différence.
Les fonctionnaires de l’État vont-ils devoir être les perdants de cette réforme !
- Comment s’étonner de voir l’entrée dans l’administration moins attractive ??? Quand la comparaison des salaires de "pied de corps" sont ridiculement bas
- De fait, la prise en compte de toute la carrière, laisse une inquiétude de voir les pensions servies à la baisse !