Contact

D’après le BIT les employeurs français discriminent à l’embauche

- D’après un « testing » réalisé en France sous l’égide du Bureau International du Travail et du ministère de l’emploi, 4 fois sur 5 les employeurs pratiquent la discrimination à l’embauche.

- L’enquête par tests de discrimination avait pour objectif de vérifier l’existence et de mesurer l’ampleur des discriminations à l’embauche à l’encontre des jeunes françaises et français en raison de leur « origine ».

- Le testing a été conduit dans six villes (Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris, Strasbourg) de 2005 à mi 2006, pour des emplois de moyenne et basse qualification dans les secteurs de l’hôtellerie restauration, du commerce et de la vente, des services aux entreprises, du bâtiment et travaux publics, de la santé et de l’action sociale.

- Les testeurs femmes et hommes d’âge (20 à 25 ans), d’attitude et de formation comparables, portaient des noms et prénoms évoquant une « origine blanche hexagonale », une « origine maghrébine » et une « origine d’Afrique noire ».

- Collectivement, les employeurs testés ont très nettement discriminé les candidats et candidates d’origine maghrébine ou d’origine noire africaine. Sur les 1.100 offres d’emploi pour lesquels les testeurs ont reçu des réponses, l’enquête révèle que seulement 11% des employeurs ont respecté une égalité de traitement, alors que 70% des employeurs ont favorisé le candidat ou la candidate « français de souche ».

- Les auteurs de l’étude constatent que dans neuf dixièmes des cas, les candidates ou candidats d’origine maghrébine ou d’Afrique noire se voient opposer un refus immédiat avant même que l’employeur ne se soit donné la peine de les recevoir.

- Depuis dix ans, le BIT a réalisé des enquêtes par tests de discrimination en Allemagne, en Belgique, en Espagne, aux États-Unis, en Italie, aux Pays-Bas et plus récemment en Suède comme en France. Ces testing ont pour objectif d’aider les gouvernements et les partenaires sociaux à approfondir leur connaissance des attitudes discriminantes.

- La preuve est faite que malgré un important outillage législatif et réglementaire, le marché du travail français reste fortement discriminant.