Contact

Clôture de la 96ème Conférence Internationale du travail

- Plus de 3.000 délégués, représentant les 180 états membres de l’Organisation Internationale du Travail, ont participé à la 96ème Conférence annuelle de l’OIT qui s’est tenue à Genève du 30 mai au 15 juin 2007. Depuis 1919, la Conférence est le plus important forum international où les représentants des gouvernements, des travailleurs et des employeurs débattent des questions sociales et de travail.

- Plusieurs chefs d’état sont intervenus à la tribune de la Conférence : Michelle Bachelet, Présidente du Chili, John Kufuor, Président de la République du Ghana et Président de l’Union africaine, Shaikh Salman Bin Hamad Al Khalifa, Prince héritier du Royaume de Bahreïn, Mme Portia Simpson Miller, Premier ministre de Jamaïque, Abdoulaye Wade, Président du Sénégal, le Prince Felipe d’Espagne et Mahinda Rajapaksa, Président du Sri Lanka.

- Les délégués de la Conférence ont examiné les propositions pour renforcer la gouvernance de l’OIT et sa capacité d’assister ses états membres dans le cadre d’une réforme de l’ONU. A cet effet, il a retenu d’examiner lors de la prochaine Conférence internationale 2008, un document, sous la forme d’une déclaration ou de toute autre instrument approprié.

- Nouvelles normes mondiales pour le secteur de la pêche

- La Conférence a adopté une convention et une recommandation améliorant les conditions de travail et de vie des 30 millions d’hommes et de femmes du secteur de la pêche. Les dispositions de ces instruments internationaux visent à garantir aux travailleurs de ce secteur de meilleures conditions sanitaires et de sécurité au travail, des soins médicaux en mer et à quai pour les marins blessés ou malades, des temps de repos suffisants pour leur santé et leur sécurité, la protection d’un accord d’engagement, et la même protection de sécurité sociale que les autres travailleurs.

La convention sur le travail dans la pêche met également en place un mécanisme qui assure le respect et la mise en oeuvre de ses dispositions et prévoit que les navires de pêche puissent faire l’objet d’inspection dans les ports étrangers pour veiller aux bonnes conditions de vie et de travail des marins à bord. Les navires ne respectant pas ces conditions seront retirés de la circulation maritime.

Promouvoir des entreprises durables et le travail décent

- Les délégués ont adopté les conclusions de la « Commission sur les entreprises durables » qui a conduit ses travaux durant la Conférence. Les entreprises durables doivent respecter un équilibre entre trois piliers : l’économie, le social, l’environnement. Dans ces conditions, elles sont une source principale de croissance, de création de richesses, d’emplois et de travail décent.

- Un environnement propice aux entreprises durables est essentiel, qui inclut paix et stabilité politique, bonne gouvernance et Etat de droit, dialogue social, respect des droits humains universels et des normes internationales du travail, culture d’entreprise, politiques économiques saines, concurrence loyale et accès aux services financiers, infrastructures matérielles et technologiques, éducation et formation, et durabilité de l’environnement.

- Les conclusions insistent sur l’importance au sein des entreprises des pratiques concernant notamment la protection sociale, le dialogue social et les relations professionnelles, la mise en valeur des ressources humaines, les conditions de travail, la productivité, les salaires et le partage des avantages, la responsabilité sociale des entreprises et la gouvernance d’entreprise.

- En conclusion des travaux de la Conférence, le premier prix annuel de l’OIT pour la recherche sur le travail décent a était décerné à l’ancien Président d’Afrique du Sud Nelson Mandela et au spécialiste de la sécurité sociale Carmelo Mesa-Lago, professeur émérite à l’université de Pittsburgh aux États-Unis.