Contact

Brigitte Pineau nous a quittés

Brigitte Pineau, Présidente de l’UNSA-Itefa, nous a quittés brutalement.

Nous perdons une amie.

Nous garderons le souvenir d’une femme engagée et combative pour défendre ses collègues et porter les valeurs de l’UNSA.
 

Brigitte PINEAU, née le 09.12.1955, est entrée dans les services en1975 à la Délégation Régionale à la Formation Professionnelle des Pays de la Loire comme contractuelle puis titularisée comme contrôleur de la formation professionnelle toujours à la DRTEFP des Pays de la Loire où elle fait du contrôle sur pièces. Elle part ensuite à la Réunion pour exercer des fonctions de ressources humaines et devient contrôleur en chef de la formation professionnelle.

En 1995, elle fait son retour en Métropole au sein de la DRTEFP (fusion de la DRTE et de la DRFP) comme chef de centre au service de contrôle de la formation professionnelle.

Nommée Inspectrice du travail en 2004, directrice adjointe en 2014 puis directeur du travail en 2019 avant de prendre sa retraite en 2020.

Dès les années 1975, elle s’engage dans le syndicalisme au sein du Syndicat national de l’inspection de la formation professionnelle, elle rejoint ensuite en 1995 la Fédération nationale des syndicats de l’inspection du travail qui deviendra l’Unsa-Itefa dont elle fut une permanente constante, précieuse et investie : Secrétaire Générale du SNIT (syndicat de l’inspection du travail), filière des corps techniques de l’UNSA-Itefa, puis de devenir la Présidente de cette fédération depuis 2016.

Présente sur le plan national comme sur celui du terrain, Brigitte fut membre de la CAP des CT, du CHSCT régional, du comité technique paritaire régional puis du comité technique ministériel à de nombreuses reprises jusqu’à sa retraite, mais également membre du conseil d’administration de l’INTEFP. Elle fut également représentante titulaire pour l’UNSA-FP à la commission des statuts et aussi au FIPH.

Attachée profondément aux valeurs humaines et humanistes, elle n’a cessé de se mettre au service des autres et à leur écoute : un important bénévolat à la croix rouge française dans ses jeunes années en France et en Afrique en est l’une des preuves marquantes de sa vie trop courte. Elle avait chevillé au corps une attitude morale, qu’elle s’appliquait à elle-même.

Aujourd’hui, elle laisse ses amis, ses camarades, nos adhérents sidérés devant ce gouffre intense, ce vide abyssal, cette absence anormale.

Et maintenant, il nous reste à continuer et à fortifier ce pour quoi elle s’est battue afin que sa mémoire continue à vivre intense et conforme à ses idéaux de liberté et de fraternité à partager entre tous sans distinction de caste et d’influence.