Contact

Accueil » Vie syndicale » Pourquoi l’UNSA ITEFA n’appelle pas à la grève le 27 juin (...)

Pourquoi l’UNSA ITEFA n’appelle pas à la grève le 27 juin !

- A l’UNSA ITEFA nous assumons nos différences et les revendiquons !
Ni accompagnement docile, ni contestation stérile
Mais une réflexion lucide sur l’avenir de ce ministère emblématique.

- Nous sommes un syndicat réformiste, qui a fait le choix difficile mais juste de n’être ni dans les postures radicales et stériles, mais d’accepter, voire d’anticiper, les réformes de ce ministère avec l’ensemble de ces personnels, corps spécifiques et corps administratifs (PTE pour les CT ; système de réorganisation de l’inspection du travail ; renforcement des missions Emploi et des fonctions support ; valorisation des C…).

- Alors, A l’UNSA ITEFA, c’est NON à la grève du 27 juin.

- Mais, l’UNSA ITEFA, rappelle qu’il est temps d’aller au- delà des termes, des intentions, pour aboutir à une réflexion et une mise en œuvre finalisées afin de redonner aux personnels et aux services confiance et compétence au service d’enjeux communs et dans des structures rénovées et adaptées aux évolutions de notre société.

- Il est également urgent pour notre OS :

- • de conserver le caractère généraliste de cœurs de métiers (IT et CMAT) et de conserver un maillage territorial au service des usagers, salariés et entreprises ;

- • d’affirmer la légitimité et le rôle régalien de ce ministère : accès aux droits et effectivité du droit, conseil, animation et coordination des partenariats ;

- • d’affirmer réellement le rôle de pilotage, en particulier sur les politiques de l’emploi, avec une clarification des positionnements attendus dans un paysage de partenariat complexe aux compétences enchevêtrées.

- • d’avoir un renforcement des effectifs et des moyens alloués pour mettre en œuvre ces différents objectifs, sans oublier la valorisation des compétences de tous les personnels (du C, le plus malmené par la non évolution salariale, au cadre intermédiaire, souvent « bloqué » actuellement par les atermoiements des décideurs.)

- Si l’UNSA ITEFA revendique qu’elle ne souhaite pas s’engager
dans « une contestation stérile » et les postures, qui en découlent,
elle affirme tout aussi fermement qu’elle ne fera pas un « accompagnement docile » et ne cautionnera pas un simulacre de dialogue social dans les avis qu’elle devra donner.

- Il est évident que l’UNSA ITEFA sera plus que jamais très attentive et vigilante afin que surtout la situation des agents soit respectée dans leurs missions et métiers pour éviter un « traumatisme supplémentaire » à ce ministère qui, depuis 2010, n’arrête pas de passer d’une réorganisation à une autre sans que le bilan de l’expérience passée soit souvent éclairée et éclairante sur leur bien fondé.

- Il est évident également que nous sommes attachés à un service public de qualité en direction des salariés et des entreprises, qui ne repose pas uniquement sur des personnels compétents, mais sur une équipe dirigeante ayant intégré des pratiques managériales réelles.

- Sans oublier que le ministère du travail a toujours été pour nous depuis sa création dans ses missions régaliennes un « ministère fort », hélas souvent malmené par les différentes gouvernances !

- Il est temps qu’il retrouve l’esprit de ses Pères fondateurs
avec l’évolution de la société prise en compte dans un contexte mondialisé
.

- Comptez sur l’UNSA ITEFA pour avoir analyse et vigilance
mais surtout de ne pas rester figée dans une posture destructrice !


mercredi 26 juin 2013