Contact

INTEFP : COUP DE FROID AU MINISTÈRE DU TRAVAIL !

- 1ère MESURE POUR LA MODERNISATION DE L’INSPECTION DU TRAVAIL
LA DRH DU GROUPE DASSAULT SYSTÈMES :
PRÉSIDENTE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’INTEFP !!!

Le décret N° 2005-1555 du 14 décembre 2005 a transformé l’INTEFP en Établissement Public Administratif à compter du 1er janvier 2006. Cette modification importante oblige à la mise en place d’un conseil d’administration dont le ou la président(e) sera désigné(e) par le Ministre.

- La rumeur se fait persistante et semble bien se confirmer : la présidente du conseil d’administration de l’INTEFP serait, la directrice générale adjointe chargée des ressources humaines au sein du groupe Dassault Systèmes. !???

- Cette information ne peut que susciter des interrogations sur la sauvegarde de neutralité et de crédibilité de l’INTEFP ! En effet, comment ne pas mettre en parallèle l’appartenance de la présidente du Conseil d’Administration représentant les intérêts des entreprises soumises aux contrôles et la formation d’agents participant aux missions régaliennes de l’Etat réaffirmées à maintes reprises par le Ministre lui-même !

- Un comble ! Pour l’UNSA Itefa, ce choix est choquant et inacceptable !

En effet, le Conseil d’Administration aura, de facto, une influence concrète sur les orientations et les activités de l’INTEFP, dans son fonctionnement interne, son mode de gestion, et la formation dispensée au sens large du terme (en cas de partage des voix, celle de la présidente est prépondérante !). C’est à n’en pas douter, « le premier étage « invisible » de la fusée du plan de modernisation de l’inspection du travail », concocté par le Secrétaire Général des ministères sociaux et dont l’avant projet nous a été transmis en fin de semaine dernière !

L’INSPECTION DU TRAVAIL OFFERTE AU MEDEF ! LE COUP ÉTAIT BIEN MONTÉ !

- L’UNSA Itefa attend une réponse du Ministre, lui-même, afin qu’il révise sa position et son choix. Que l’on ne se méprenne pas, L’UNSA Itefa est favorable à une concertation, la plus large possible, pour que soit choisie, au sein de la fonction publique, une personnalité en capacité d’assumer la présidence de l’INTEFP, dans le respect des principes républicains que toute école en charge de former des fonctionnaires se doit d’avoir, et plus spécifiquement celle en charge de la formation de l’inspection du travail (inspecteurs et contrôleurs) et de l’indépendance fonctionnelle qui lui est dévolue au regard du respect des conventions de l’OIT.

À VOUS LIRE, Monsieur le Ministre !