Contact

Extinction de la CPA [Cessation Progressive d’Activité]

- Lire le courrier adressé au Secrétaire d’Etat à la fonction publique en pièce jointe

- L’UNSA Fonction publique a pris connaissance avec consternation de l’amendement N°619, proposé par Mr Heinrich, député appartenant au groupe parlementaire UMP, qui vise rien de moins que l’extinction définitive de la CPA (cessation progressive d’activité) dans la fonction publique.

- L’UNSA Fonction publique a tenu à protester immédiatement contre cet amendement, incohérent et inutilement provocateur dans le contexte actuel, en écrivant au Ministre Georges TRON, ainsi qu’aux Présidents de groupes à l’Assemblée nationale et au rapporteur de la Loi.

- Comme nous l’avons souligné dans ces différents courriers, alors même que le gouvernement envisage de retarder de deux ans l’âge légal du départ en retraite et l’âge d’annulation de la décote, il parait totalement absurde de supprimer le seul dispositif permettant d’aménager les fins de carrière.

- Il est clair que les fameuses « secondes carrières », évoquées et promises dans la communication gouvernementale depuis la loi Fillon de 2003, n’ont jamais été réellement possibles ni effectives. Seuls quelques dizaines d’individus (en majorité dans l’encadrement supérieur) ont pu depuis 2003 en bénéficier.

- Comme nous l’avons écrit au Ministre et à nos divers interlocuteurs, la logique voudrait, quand on souhaite imposer aux fonctionnaires et agents publics de travailler plus longtemps, qu’on prévoit dans le même temps des solutions et des moyens réels pour aménager leurs fins de carrière, afin de tenir compte de l’usure professionnelle, des problèmes éventuels de santé, des accidents de la vie, et des choix personnels et familiaux.

- Supprimer le seul dispositif qui le permette aujourd’hui nous paraît donc incompréhensible, dangereux, et totalement inacceptable car cela pénaliserait une fois de plus les fonctionnaires, à la fin de leur vie professionnelle.

- Nous avons rappelé aussi au Ministre que cette option n’avait pas été évoquée lors des diverses discussions menées courant mai avec les organisations syndicales, ni d’ailleurs en juin, lors des derniers arbitrages rendus publics par le Ministre Eric Woerth.

L’UNSA Fonction publique se battra et mettra tout en œuvre pour que cet amendement ne soit pas retenu dans la future Loi.

- Dans ce contexte de provocations et d’attaques permanentes, nous appelons toutes les fédérations à se mobiliser pour la manifestation du 23 septembre prochain.


P.-S.

- Cliquez sur l’icône PDF pour consulter le document !