Contact

Disparition programmée de la fonction publique ?

- Le Président de la République vient d’annoncer la fin du modèle de la fonction publique française. Le plan est arrêté, la méthode aussi.

- Sans aucune concertation, la disparition de la fonction publique est programmée. Une nouvelle fonction publique à deux vitesses sera créée avec des nouveaux recrutés qui pourraient opter entre le statut public et un contrat de droit privé. Le président de la République n’a pas répondu aux questions des personnels sur les missions, les objectifs, les salaires. Les statuts qui garantissent la neutralité des fonctionnaires ont été caricaturés, la modernisation continue de la fonction publique a été niée, l’engagement professionnel des fonctionnaires a été minoré.

- Le dialogue social est réduit, dans les propos du Président, à des consultations limitées.

- Les rares perspectives sur l’avenir des fonctionnaires ont été évasives, par exemple sur la formation continue ou la notation alors qu’elles mériteraient, comme la mobilité, la plus large concertation. Pour l’UNSA ITEFA, le Président aura accentué l’inquiétude et la colère des fonctionnaires pour qui la modernisation ne peut être synonyme de régression.

- Pourtant l’UNSA ITEFA avait déjà décrypté la tendance radicale qui se faisait jour dans son article : "Fonction publique : Quelle rentrée ?"