Contact

Braquage sur l’action sociale des agents de l’Etat...

- Lettre intersyndicale à la DGAFP et Communiqué intersyndical

Paris, le 2 juillet 2013,

Monsieur le Directeur général
DGAFP
139 rue de Bercy
75 012 PARIS cedex 12

Monsieur le Directeur général,

L’annonce de la réduction drastique en 2014 des crédits sociaux interministériels et des propositions des conseillers sociaux du cabinet de Mme LE BRANCHU est inacceptable.

Après la réduction de la dépense publique qui frappe de plein fouet tous les agents dans leur quotidien, et en particulier le gel de la valeur du point d’indice, envisager de supprimer des prestations sociales est condamné par l’ensemble des organisations syndicales.

Pour laisser le temps aux ministres de la Fonction publique et du Budget, de présenter un projet de loi de Finances, de l’action 2 du programme 148, qui maintienne les prestations sociales existantes et tienne compte de leur évolution en regard des besoins des agents, nous demandons le report de la
réunion du CIAS prévu le 4 juillet, au début du mois de septembre.

Dans cette perspective, nous vous informons que la présence des secrétaires généraux des fédérations de fonctionnaires sera requise à titre d’expert, car l’action sociale est un dossier majeur pour chaque organisation syndicale.

Par ailleurs, lors de ce CIAS, nous vous demandons de prévoir la présentation des budgets d’action sociale de tous les ministères et leur évolution pluri annuelle de 2012 à 2014.

Vous voudrez bien, Monsieur le Directeur, porter ce courrier à la connaissance de l’ensemble des membres du CIAS.

Afin de ne pas retarder la mise en œuvre des travaux des commissions permanentes du CIAS, nous validons leurs travaux.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur général, nos respectueuses salutations.

Les représentants des organisations syndicales au CIAS

- copie pour information : à Madame la Ministre de la Fonction Publique

- à Monsieur Costes président du CIAS

- à Monsieur Clausener chef du bureau des politiques sociales PS2


Après un premier coup de lame en 2013, l’annonce de la réduction drastique de 20 millions d’euros sur le budget de l’action sociale pour 2014, est inacceptable.

Inédit, le gouvernement prend le parti d’accentuer la dégradation des conditions de vie de ses agents en leur ôtant des prestations sociales.

Contrairement aux idées trop souvent véhiculées, les agents de la fonction publique comme les salariés du privé subissent une baisse importante de leur pouvoir d’achat.

Toutes les catégories professionnelles sont touchées, le niveau de recrutement pour être cadre dans la fonction publique de l’État est seulement à 12% au dessus du SMIC et la grande majorité des personnels en bas de la grille est recrutée à un niveau de rémunération inférieur à celui-ci.

Les organisations syndicales dans l’unité la plus totale condamnent et refusent ces mesures.

Elles ont donc différé la tenue de la réunion du Comité Interministériel d’Action Sociale du 4 juillet !

Elles exigent du Premier Ministre et du Ministre du Budget qu’ils revoient l’enveloppe des crédits prévus pour 2014 à la hauteur des besoins des agents.

Paris, le 5 juillet 2013


P.-S.

- Cliquez sur l’icône PDF pour consulter les documents !

titre documents joints