Contact

Conférence Internationale du Travail

- Fin des travaux de la Conférence Internationale du Travail

- Après trois semaines de débats, la 97ème Conférence Internationale du Travail a conclu ses travaux, le 13 juin. Plus de 4 000 délégués représentant les gouvernements, les travailleurs et les employeurs des 182 États Membres de l’OIT ont adopté une Déclaration qui fera date et qui a pour vocation de renforcer la promotion du travail décent et développer de nouvelles voies pour répondre aux défis croissants de la mondialisation.

- La Conférence a aussi tenu des discussions générales sur la réduction de la pauvreté rurale, l’amélioration du développement des qualifications ; elle a examiné les cas de non respect des normes internationales du travail. En outre, elle a tenu un forum de discussion de haut niveau sur la crise alimentaire mondiale et a célébré le 12 juin la Journée mondiale contre le travail des enfants.

- La Conférence plénière a débattu du nouveau Rapport global du BIT sur la liberté d’association. Au cours des dix dernières années, l’OIT a vu doubler le nombre de ratifications de ses huit conventions fondamentales sur le travail forcé, le travail des enfants, la discrimination, la liberté syndicale et de négociation collective, rendant accessible la ratification universelle. Enfin, la Conférence a élu des nouveaux membres au Conseil d’administration de l’OIT pour le prochain mandat de trois ans.

- Déclaration sur la justice sociale pour une mondialisation équitable

- La « Déclaration sur la justice sociale pour une mondialisation équitable » établit un nouveau socle à partir duquel l’OIT pourra véritablement soutenir les efforts déployés par ses mandants pour promouvoir et toucher au progrès et à la justice sociale à travers les quatre objectifs stratégiques de l’Agenda pour le travail décent : emploi, protection sociale, dialogue social et tripartisme, principes et droits fondamentaux au travail.

- A travers cette Déclaration, gouvernements, employeurs et travailleurs de tous les États Membres prônent une nouvelle stratégie en faveur d’économies et de sociétés ouvertes fondées sur la justice sociale, le plein emploi productif, les entreprises durables et la cohésion sociale.

- L’emploi rural décent pour lutter contre la pauvreté

- Après une discussion approfondie sur la promotion de l’emploi rural, la Conférence a adopté des conclusions soulignant le rôle central de l’agriculture comme moteur de croissance et de réduction de la pauvreté. Les efforts des trois parties de l’OIT doivent porter sur, le développement du travail décent, l’extension de la couverture de protection sociale et l’application des normes internationales du travail en zones rurales, ainsi que la promotion d’une meilleure gouvernance, l’autonomisation et la mise en place d’institutions.

- Les compétences facteurs de productivité et de développement durable

Une autre discussion générale a permis d’adopter des conclusions pour orienter les gouvernements et les partenaires sociaux vers le renforcement des liens entre les qualifications, la productivité, l’emploi, le développement et le travail décent. Améliorer la qualité et la disponibilité de l’éducation et de la formation pour les hommes et les femmes peut créer un cercle vertueux dans lequel le développement des aptitudes professionnelles nourrit l’innovation, l’investissement, l’évolution technologique, le développement des entreprises, la diversification économique et la compétitivité dont on a besoin pour accélérer la création de nouveaux emplois de meilleure qualité et pour renforcer la cohésion sociale.

- Application des normes internationales du travail

- Cette année, la Commission de l’application des normes de la Conférence a commémoré le 60ème anniversaire de la convention 87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical de 1948, le 50ème anniversaire de la convention 111 concernant la discrimination (emploi et profession) de 1958, et le 10ème anniversaire de la Déclaration de l’OIT sur les principes et droits fondamentaux au travail de 1998.

- La Commission a de nouveau tenu une session spéciale sur la situation du travail forcé au Myanmar. Elle a aussi dénoncé des violations du droit syndical particulièrement en Colombie, au Belarus, au Zimbabwe et au Bangladesh.