Contact

CAP des contrôleurs du travail du 4 novembre 2010

Dernière minute : l’ensemble des organisations syndicales sera reçu par Madame Annabelle ARCHIEN - Conseillère technique auprès du ministre du travail - le mercredi 10 novembre prochain sur le dossier des contrôleurs du travail !

L’UNSA n’a pas jugé bon de faire une déclaration liminaire mais a rappelé et maintenu sa position sur le dossier des contrôleurs du travail et a renvoyé sur la déclaration formulée lors la dernière CAP des 18 et 19 mai.(Voir pièce jointe)

- L’UNSA est intervenue plus spécifiquement sur les points suivants :

- La voie d’accès par la reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle, le quota règlementaire ( 8 postes) parait bien maigre au regard du nombre d’inscrits 424, et 319 reçus et in fine 309 recevables.
Bien entendu rien n’indique le nombre d’admis à poursuivre ce parcours difficile et exigeant.
- Les conditions d’affectation s’apparentent à celles de la liste d’aptitude, mobilité fonctionnelle au sein de la Direccte. La formation en alternance débutera vraisemblablement en Avril 2011.

Les possibilités de mutations sont de plus en plus réduites :

- En infra régionales et au sein d’un même département (chef lieu) elles ne font l’objet d’aucune information ni de la CAP, ni des membres des CTP DIRECCTE. Une habileté de l’administration pour tenir à l’écart les organisations syndicales !

- Les effets de la réduction des effectifs se font désormais sentir avec le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, ce qui produit un sureffectif permanent pour toutes les catégories. Les contrôleurs n’échappent pas à cette règle drastique.

- Situation des personnels mis à disposition dans les MDPH

L’UNSA a également alerter sur la situation des personnels, mis à la disposition, au sein des MDPH qui malgré leurs efforts, et pas les moindres, et toutes les promesses faites et les discours convenus : « attentions particulières », « vous n’êtes pas oubliés » « vous êtes toujours personnel d’origine » connaissent une réalité bien différente. Effectivement, ils sont bel et bien les oubliés. Il n’est pas rare de constater que les représentants de l’Etat brillent par leur absence lors des commissions ou instances, et comment croire, alors, qu’un intérêt quelconque est porté vis-à-vis du personnel mis à disposition.
Personnel pris entre « deux structures » : celle de l’Administration d’origine, qui a « lâché » son personnel et par celle de l’Administration d’accueil qui est confronté aux manques de moyens au vu de l’augmentation sans cesse de la charge de travail.
Ne faut-il pas se poser la question pourquoi tant de départ/retour par le personnel mis à disposition ?

- Les intégrations

Aucun dossier ne remplissait les conditions d’intégration dans les statut particulier du corps des contrôleurs du travail.


P.-S.

- Cliquez sur les icônes pour consulter les documents !